Liberté? Mais de quoi parle-t-on?

Si vous avez lu mon 1er article, vous savez maintenant que j’ai décidé d’être libre.  Si ce n’est pas le cas vous pouvez y avoir accès en cliquant ici.

Bon ok c’est bien. Mais par quoi commencer?

Pourquoi pas ne pas d’abord s’assurer de savoir de quoi on parle…

Qu’est-ce que la liberté?

point d'interrogation (2)A vos stylos! Vous avez 4h…On dirait le sujet d’un devoir de philo.

Je vous rassure tout de suite, je n’ai pas cette ambition pour cet article.

Des définitions de “liberté” on en trouve des tonnes,  mais celle qui me semble être la plus substantielle est la suivante:

“État de non contrainte, pouvoir d’agir sans contraintes.”

Source : dicophilo.fr

Alors, voyons… je suis maman de 2 enfants… euh contraintes, bonheur immense mais contraintes (pas eux mais ce qui va avec parfois, enfin vous m’avez comprise). En couple…idem. Des factures à payer, des horaires à respecter, une maison à tenir, des obligations diverses et variées…contraintes, contraintes, contraintes.

Elles sont de multiples origines et de multiples formes, elles peuvent être extérieures mais peuvent même venir de l’intérieur, de notre corps, de notre système de pensée.

Bon on fait comment pour être libre?

Est-il vraiment possible de toujours pouvoir agir sans contrainte? Suis-je en pleine illusion?

Creusons un peu plus…

Une contrainte l’est-elle vraiment dans l’absolu?

Prenons un exemple: Ne peut-on pas dire qu’une bonne douche après une séance de sport en plein été est moins contrainte voire plutôt désir qu’en plein milieu de la banquise en Antarctique au cours d’une tempête de neige? Il s’agit pourtant dans les deux cas de la même action: prendre une douche.

Prenons un autre exemple: Imaginons que vous vous êtes découvert une passion pour le dessin. Vous êtes débutante et décidez de vous inscrire à un cours du soir qui a super bonne réputation et qui se trouve à 45 min de trajet de votre domicile. Votre conjoint travaille tard le soir ou vous êtes une maman solo, il vous faut donc faire garder vos enfants. Vous n’avez pas de baby-sitter et il vous faut chaque semaine trouver quelqu’un de disponible pour vous les garder car personne n’est disponible régulièrement à cet horaire. Mais vous êtes tellement enthousiasmée par ce cours qu’il vous pousse des ailes.  Le jour de votre premier cours approche, vous avez trouvé quelqu’un pour les garder. Vous planifiez tous les enchaînements: sortie de l’école/crèche-dîner-bain-trajets pour être dans les temps. Vos premiers cours se passent bien, ils correspondent exactement à ce que vous  imaginiez. Vous progressez. Vous vous sentez épanouie, à votre place!  Puis arrive un moment où vous perdez confiance, vous n’arrivez pas représenter les choses comme vous le voulez, vous n’êtes pas satisfaite de vos productions. En plus le prof a changé et le nouveau est moins à l’écoute. Vous doutez et commencez à vous demander si vous êtes réellement faite pour le dessin.  Là vous prenez un coup dans l’aile qui vous était poussée au tout début.  Chaque jours de cours, l’organisation que cela vous demande pour faire garder les enfants vous pèse de plus en plus. Vous trouvez le trajet de plus en plus long. Et là, ce cours de dessin si enthousiasmant pour lequel vous vous êtes bien sûr engagée à l’année, le trajet et toute l’organisation qui va avec sont devenus contrainte.

Par conséquent, si une même action peut être dans un cas contrainte et dans l’autre sans contrainte et donc libre, parler de liberté n’est-ce pas surtout parler du rapport que l’on a aux actions que l’on doit mener.

Qu’est-ce qui fait donc la différence? Qu’est-ce qui fait d’une action qu’elle soit libre?

Qu’est-ce qui caractérise la liberté?

oiseau en liberté

La liberté me paraît être conditionnée par 3 notions principales:

1°) Le choix

Être contraint c’est ne pas avoir le choix; la liberté découle du pouvoir de choisir. Et surtout de choisir en conscience. Avoir un choix réel et non pas juste l’impression d’un choix. Un choix qui ne serait pas uniquement conditionné par la tradition, l’héritage familial, la société, les idées préconçues etc. Pas de “On a toujours fait comme ça alors ça doit être le meilleur chemin”. Il s’agit d’un choix éclairé qui évite les croyances limitantes. C’est à dire que l’essentiel, voire toutes les options ont été examinées (pas forcément testée! je vous vois venir…). La liberté c’est s’autoriser à explorer pour éviter la “moutonite” aiguë, très contagieuse!

2°)Les sentiments positifs

Être libre est le fait d’avoir le pouvoir de choisir de faire uniquement ce qui génère en nous des sentiments positifs (joie, sérénité, fierté, sentiment de cohérence avec soi même, etc). En un mot VIVRE!!! Ne plus survivre! En effet, si les actions que nous avons à mener génèrent en nous des sentiments positifs, nous les produisons sans aucune contraintes, elles sont donc libres. Ces actions sont celles qui construisent notre bien être ou celui de ceux qui nous sont chers. Elles sont en étroite harmonie avec nos valeurs. Elles contribuent à l’accomplissement de nos rêves, à se sentir utile, à sa place!

En revanche lorsque des actions provoquent des sentiment négatifs (frustration, insatisfaction, tristesse, etc.), leur réalisation sera contrainte car non désirée. Atteindre la liberté nécessitera donc soit d’alléger notre quotidien d’actions à sentiments négatifs, soit de réorganiser notre vie afin de permettre que des actions nécessaires à notre bien être qui génèrent des sentiments négatifs, puissent désormais en générer de positifs.

3°)La persistance dans le temps

Le plus important tout de même dans la liberté c’est qu’elle puisse durer dans le temps. Est-ce vraiment être libre si l’on ne peut jouir de la liberté que sur une durée limitée. Pouvoir agir librement dans le moment présent est une chose, mais si mes actions présentes entraînent des conséquences négatives sur ma vie et celle de mes proches, je serai à nouveau contrainte…de réparer, de pallier ou de vivre avec les conséquences.

Par exemple: si je décide de ne plus payer mon loyer, je me sentirai peut-être libre sur le moment mais il faudra que j’assume qu’à terme le logement concerné ne pourra plus être mien. (Petit exemple simple voire simpliste, mais on ne peut plus clair Smile)

Un autre exemple? ok!: “Buvons mangeons demain nous mourrons”. Certes mais de quoi? lol. Si mon hygiène de vie doit finir par nuire au bon fonctionnement de mon corps, j’aurai certes profité pendant quelques heures, jours, voire années de certains plaisirs, mais mon corps ainsi diminué dans son potentiel me limitera dans la jouissance que je peux avoir de la vie et limitera par conséquent ma liberté.  

En bref

Liberté rime donc avec profiter de la vie et vivre le moment présent comme son nom l’indique: comme un cadeau. C’est aussi construire un Art de VIVRE qui n’empêche pas aux jours à venir d’être le moment venu également des présents. C’est VIVRE, en choisissant de manière éclairée de nous permettre au quotidien de ne réaliser que des choses qui provoquent en nous des sentiment positifs, sans pour autant impacter notre capital liberté pour les jours à venir; jouir à fond de la vie, en faisant ce que l’on souhaite sans se tirer une balle dans le pied pour l’avenir. En gros, ne serait-ce pas le BONHEUR?!

Si le coeur vous en dit échangeons. Dites-moi en commentaire: Vous sentez-vous libre? Pourquoi?

Je partage
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    27
    Shares
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Liberté? Mais de quoi parle-t-on?”

    1. C’est super ça!!! Cela t’ouvre un champ de possibilités énorme. Je te souhaite d’être épanouie et de te sentir à ta place!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *